lebonchat.fr Contact Mentions légales et CGU A propos de nous Liens Plan du site


Santé et soin > Boiteries > Rééducation fonctionnelle : exercices thérapeutiques

Rééducation fonctionnelle : exercices thérapeutiques



A quoi servent les exercices thérapeutiques?

Les exercices thérapeutiques sont une partie essentielle d'un programme de rééducation fonctionnelle et devraient être une composante du programme de chaque patient.
La durée et le type d’exercice  varient en fonction de la pathologie traitée, de l'âge et de l'état du patient, des objectifs et des moyens disponibles.

Les avantages

Les exercices thérapeutiques présentent  de nombreux avantages: amélioration de la condition  cardio-vasculaire et pulmonaire, perte de poids  et entretien de l'équilibre, de la proprioception et de l’amplitude de mouvement (ADM).
Dans les premiers temps de la rééducation fonctionnelle, l’accent se fera surtout sur l’ADM, l'équilibre et la marche. Avec les progrès accomplis par le patient, les exercices se concentreront ensuite sur la force, l'endurance et une restauration de la fonction du membre atteint. Cependant, en cas de douleur aiguë ou de nouvelle boiterie, il faut arrêter les exercices de rééducation fonctionnelle et réévaluer le programme de physiothérapie.

Quels types d'exercices?

Les exercices comprennent le maintien de la position debout, la bascule et le maintien de l'équilibre sur le membre opéré, la marche contrôlée en laisse, la locomotion sur tapis roulant, la theraball ... L’aide au maintien de la position debout est un exercice très utilisé, notamment comme premier exercice thérapeutique pour les animaux avec une atteinte orthopédique ou neurologique au niveau d’un ou des membres pelviens.

Cet exercice encourage la fonction neuromusculaire, aide à la rééducation musculaire, au développement de la force et de l’endurance des muscles de station debout, et au fonctionnement de la proprioception. Pour effectuer des exercices de maintien de la position debout, une écharpe ou une serviette est placée sous le thorax cranial, l'abdomen caudal, ou les deux selon que la pathologie touche les membres antérieurs, postérieurs, ou les deux, respectivement. L'animal est autorisé à soutenir autant de poids que possible. Alors que la tension sur la sangle de soutien est lentement relâchée, l'animal doit soutenir son poids autant que possible. Au départ, 10 à 15 répétitions, deux à trois fois par jour, sont effectuées, et les séances sont progressivement augmentées à cinq minutes. Le déplacement du poids sur le membre affecté peut également être encouragé en faisant basculer le chien d’avant en arrière.

La proprioception est également sollicitée lors du programme de physiothérapie post-opératoire. Les exercices pour améliorer l’équilibre peuvent, à tord, sembler être les plus faciles à exécuter. L'équilibre de l’animal est mis à l’épreuve tout en douceur en poussant la hanche ou l'épaule de l'animal. Le but n'est pas de pousser le chien mais de lui faire maintenir son équilibre. Le principe est basé sur la stabilisation rythmique.
Les objectifs sont de coordonner les transitions entre les muscles antagonistes  et d'assurer la résistance qui favorise la stabilité. L'intensité de l’exercice peut être augmentée en soulevant une ou deux pattes à la fois et en maintenant cette position 3 à 10 secondes.  Cet exercice peut se faire sur différentes surfaces : plane pour commencer puis sur une surface inégale, comme un trampoline, des coussins, un matelas ou mousse alvéolée, ou une plate-forme mobile pour accentuer la difficulté et stimuler l'équilibre dynamique. Monter et descendre des pentes fait également travailler l'équilibre du patient.

Promenades en laisse


Les promenades en laisse sont probablement l'exercice thérapeutique le plus important dans la période postopératoire précoce, mais la marche en laisse est aussi l'exercice qui est le plus fréquemment effectué de façon incorrecte. Le rythme de la promenade doit être suffisamment lent pour donner au chien la possibilité de reporter son poids sur la jambe opérée. Si le chien est marché trop vite, il tient généralement le membre dans une position fléchie et ne supporte aucun poids sur la jambe opérée.
Certains chiens peuvent avoir besoin d'aide, il faut alors placer manuellement la patte en contact avec le sol à chaque pas. Les règles clées sont lenteur et contrôle. Une fois l'utilisation du membre reprise, le rythme de la marche peut être augmenté. La marche rapide permet d’améliorer  la coordination motrice, la proprioception et l'endurance cardiorespiratoire ainsi que la force musculaire. Monter et descendre des pentes aident à renforcer les muscles, cela encourage l'utilisation des muscles fessiers et ischio-jambiers et c’est très bénéfique chez les chiens opérés  d’un membre postérieur.  Marcher à travers un tunnel contribue à promouvoir l'équilibre et l’amplitude de mouvement des articulaires des quatre pattes. Promener un chien entre des poteaux verticaux contribue à promouvoir la flexion latérale du tronc de l’animal, à renforcer les abducteurs et adducteurs du membre.  
Pour les chiens réticents à utiliser activement un membre, un petit pansement peut être placé sur le pied controlatéral indemne afin d'encourager le report de poids sur le membre atteint. En outre, des exercices simples tels que la répétition de « assis-debout » mettra l'accent sur l'amplitude des mouvements et la force des membres postérieurs.

Tapis roulant


Marcher sur un tapis roulant est aussi un exercice très utile à la rééducation fonctionnelle. Cela met plus à contribution la proprioception, la coordination et l'équilibre que la marche sur sol ordinaire. Les exercices de locomotion sur tapis roulant permettent également d’améliorer la force, l'endurance, et l’amplitude de mouvement chez l’animal traité.

Exercices aquatique

Les exercices aquatique ou l'hydrothérapie sont devenus très populaire à la fois en physiothérapie canine et humaine. La natation en piscine, lac, ruisseau, baignoire, et la locomotion sur un tapis roulant immergé sont des outils couramment utilisés. La température de l’eau pour mettre l’animal à l’aise peut varier entre 25 ° et 27 ° C. Dans l’eau, la flottabilité fournit une force ascendante liée à la profondeur de l'eau, il y a donc moins de poids sur les membres. Certains chiens ayant du mal à se tenir debout hors de l’eau à cause de la gravité sont souvent capables de se tenir debout dans l'eau. Toutefois, les questions de sécurité exigent que chaque chien porte un dispositif de flottaison (gilet, voir photo) et commence par des exercices d’hydrothérapie courts. Cinq minutes de thérapie aquatique peuvent être trop pénibles pour beaucoup de chiens au début. De plus, la pression hydrostatique peut aider à réduire l'œdème présent et l'utilisation de jets d’eau permet le massage des pattes.

Thérapie aquatique

La thérapie aquatique est généralement débutée quand l'incision chirurgicale est cicatrisée. Marcher sur un tapis roulant immergé peut offrir des avantages variables en fonction de la hauteur de l'eau et de la vitesse du tapis roulant. Les chiens ayant de l'eau au niveau du tarse, du genou, et du grand trochanter soutiennent 91, 85, et 37% de leur poids corporel, respectivement, par rapport à un chien debout sur le sol. De plus, la marche sur tapis roulant est un exercice plus facile à réaliser et plus contrôlé que la nage.


Articles liés
Automne et le chien : conseils et mise en garde
Automne et le chien : conseils et mise en garde
Quelques conseils et mises en garde pour nos chiens avec l'arrivée de...
Dysplasie de la hanche chez le chien
Dysplasie de la hanche chez le chien
La dysplasie de la hanche est une maladie courante chez de nombreuses races......
Dysplasie du coude chez le chien
Dysplasie du coude chez le chien
La dysplasie du coude est une maladie fréquente chez beaucoup de races et qui...




Information Auteur
Fiche créée le 2012-12-17 par Docteur Chantal Ragetly-Imbs
Voir la fiche auteur