lebonchat.fr Contact Mentions légales et CGU A propos de nous Liens Plan du site


Santé et soin > Boiteries > Rééducation fonctionnelle : l’ultrasonothérapie

Rééducation fonctionnelle : l’ultrasonothérapie



L'ultrasonothérapie

L’ultrasonothérapie fourni une stimulation mécanique thermique et non thermique qui favorise la guérison des tissus (muscles, tendons, capsule articulaire, ligaments et os). Les effets thermiques des ultrasons comprennent une augmentation du métabolisme cellulaire et de l'activité enzymatique et de la circulation sanguine, une extensibilité accrue des tissus et une diminution de la sensation de douleur. Les ultrasons thérapeutiques sont souvent utilisés pour échauffer les tissus en profondeur avant de pratiquer des étirements car les ultrasons pénètrent jusqu'à 5 cm et réchauffe les tissus à 40 ° - 45 ° C.

Les effets biologiques non thermiques des ultrasons incluent la guérison accélérée, l'aide à la régénération des tissus mous et osseux, l'augmentation de la synthèse protéique cellulaire, et la diminution du gonflement des tissus mous, des spasmes musculaires et de la douleur. De plus, cela provoque une augmentation de la mobilité articulaire, de l’élongation du collagène, une réduction des adhérences, des processus inflammatoires chroniques tendineux et une diminution de la formation de tissu cicatriciel.

Indications

Les indications d'utilisation incluent, par exemple, la guérison des fractures, limiter les adhérences, contractures ou la présence de tissu cicatriciel, le traitement des entorses ligamentaires, synovite chronique, bursites, tendinites, tendons calcifiés, tensions musculaires et des spasmes musculaires. Les applications courantes en médecine vétérinaire comprennent la ténosynovite bicipitale, la tendinopathie du sus-épineux, la contracture du muscle gracile, la guérison des fractures, les atteintes du tendon d'Achille et le traitement postopératoire lors d’exérèse de la tête fémorale.

Contre-indications

Les contre-indications d'utilisation incluent les sites de laminectomie, les zones de radiothérapie, la présence d’un pacemaker cardiaque, les zones proches des yeux, les tumeurs malignes, les plaies contaminées ou infectées, les thrombus, les zones trop proches des organes abdominaux ou thoraciques, ou des zones à circulation sanguine ou sensation de douleur diminuée. Un délai de deux semaines est recommandé entre la chirurgie et le début du traitement.
L’utilisation des ultrasons pulsés de faible intensité peut réduire de façon significative le temps de guérison des fractures (ou lors d’ostéogénèse par distraction), faciliter le traitement de pseudarthrose et améliorer l’intégration de transfert de cylindre ostéochondral autologue lors d’ostéochondrite disséquante.

Les ultrasons peuvent être appliqués sous forme d’ondes pulsées ou continues à l'aide de sonde de différentes sortes (taille de la sonde et fréquence en fonction, respectivement, de la taille et de la profondeur de la zone à traiter). Lorsque la fréquence diminue, le taux de pénétration augmente: une sonde à 3 MHz atteint les tissus superficiels (profondeur de pénétration d'un demi-centimètre à deux centimètres) alors qu’une sonde de 1 MHz peut traiter les tissus à une profondeur de deux à cinq centimètres. De plus, l'intensité est réglée en fonction du tissu traité. Les tendons et les ligaments absorbent trois fois plus d'énergie que les muscles, par conséquent une intensité plus faible doit être utilisée. D'autres variables doivent être pris en considération pour chaque patient lors d’ultrasonothérapie: la durée de traitement, les agents de couplage, le mouvement de la sonde sur la zone de traitement, la présence de poils, la tolérance de chaque patient et la fréquence des traitements.

Durée et fréquence des traitements

La durée du traitement varie généralement de 5 à 10 minutes par site en fonction de l'effet biologique recherché. En règle générale, la zone traitée est tondue et un couplage direct est utilisé à l'aide de gel hydrosoluble classique utilisé en échographie. Le mouvement continu de la sonde est préconisé car il minimise les risques de dommages tissulaires. Il est également très important de surveiller le patient pour déceler tout signe d'inconfort ou de douleur au cours du traitement. La fréquence des traitements peut être journalière ou hebdomadaire. Classiquement, pour chaque série de jours consécutifs de traitement, une série de même durée de jours sans traitement doit être mis en œuvre.





Information Auteur
Fiche créée le 2012-12-17 par Docteur Chantal Ragetly-Imbs
Voir la fiche auteur