Signes dissimulant un cancer chez le chien

Signes dissimulant un cancer chez le chien

03 mars 2018
Santé et soin / Cancer / Signes dissimulant un cancer chez le chien


Certaines conditions, incluant le cancer, sont couramment rencontrées chez les chiens qui vivent plus longtemps également. Nul ne veut découvrir un cancer chez son chien. Il est tout de même essentiel d’en connaître certains signes précurseurs, souvent peu spécifiques, et menant un diagnostic précoce. Il permet d’obtenir de meilleures chances de guérison ou de rémission prolongée.

Quels signes permettent de détecter un cancer chez un chien?

La présence d’un ou plusieurs de ces signes, souvent rencontrés chez un chien atteint de cancer, indique qu’un examen approfondi et certains tests diagnostiques sont nécessaires

  • Le chien a une masse ou nodule qui persiste (ou grossit)
  • Écoulement (sang ou autre liquide) provenant de tout orifice corporel du chien
  • Le chien a des plaies qui ne semblent pas guérir
  • Perte de poids inexpliquée
  • Perte ou diminution de l’appétit du chien
  • Perte d’énergie, léthargie
  • Le chien rencontre des difficultés à manger, respirer, uriner, ou déféquer
  • Asymétrie du visage ou du museau (difformité nouvelle ou qui progresse)
  •   Distension de l’abdomen (ventre qui grossit)
  • Enflure inexpliquée de toute partie du corps
  • Le chien montre des signes de douleur

Ces signes peuvent être reconnus par un propriétaire attentionné.
Agir tôt lorsqu’ils sont observés est un bon exemple de l’équipe formée par le patient, son propriétaire, et le vétérinaire pour aider le plus efficacement nos amis.

Une fois le diagnostic de cancer posé, il existe des traitements qui, en plus d’augmenter la durée de vie, permettront d’améliorer la qualité de vie de façon marquée. Ces traitements comprennent chirurgie, chimiothérapie (dont certaines sont très bien tolérée par les chiens), radiothérapie, immunothérapie, et thérapie ciblée. Chez les animaux de compagnie, les effets secondaires néfastes sont généralement moins fréquents et considérablement moins sévères, principalement parce que les buts thérapeutiques diffèrent.


article créé, revu ou corrigé le 2018-03-03
par

Article rédigé, corrigé et relu par un collectif de vétérinaires

consulter ses articles