lebonchat.fr Contact Mentions légales et CGU A propos de nous Liens Plan du site



Scintigraphie



Une tumeur a malheureusement était diagnostiquée sur votre animal. Avant de la traiter, il est important de connaître précisément l’étendue de celle ci dans l’organisme (bilan d’extension) : la scintigraphie est un des nombreux examens qui permet de faire ceci dans certains indiqués.

Qu’est ce que c’est ?


La scintigraphie est un examen complémentaire au même titre que le scanner ou l’IRM. A ceci près que le scanner ou l’IRM donne une idée de l’anatomie de l’animal (les différents organes et leurs positions respectives) tandis que la scintigraphie donne un aperçu de la fonction de l’organe ciblé (on ne voit pas la taille de l’organe étudié mais on a une idée de son activité). Contrairement au scanner et à l’IRM qui permettent d’étudier une zone de l’animal (l’abdomen, le thorax, voire tout l’animal), la scintigraphie ne permet d’étudier qu’un organe à la fois.

Comment ça marche ?


Que ce soit chez l’homme ou l’animal, on a déjà mis en évidence de nombreux marqueurs, chacun spécifique d’un organe. On a donc des marqueurs de l’activité rénale, hépatique, thyroïdienne et même des marqueurs de l’infection ou de l’activité osseuse par exemple. Ces marqueurs sont biologiques et ne peuvent donc pas se repérer par des moyens d’imagerie. Néanmoins, on sait reproduire artificiellement ces marqueurs et les fixer à une substance radioactive (technetium 99m par exemple). La substance radioactive est alors repérable grâce à une caméra spéciale appelée « caméra à rayons gama ».
Pour réaliser une scintigraphie on injecte donc cette substance radioactive à l’animal puis on le place tranquilisé dans le champs de cette caméra. En quelques minutes ou quelques heures suivant l’organe étudié on obtient donc une image de l’animal avec des tâches plus somres à l’endroit où se concentre le produit radioactif. En fonction de la taille de ces tâches on peut ainsi calculer la fonction d’un organe et connaître grossièrement sa localisation. On peut donc rechercher des métastases avec la scintigrahie : pour une tumeur osseuse par exemple, on utilise des marqueurs radioactifs de l’activité osseuse, on verra donc une grosse tâche à l’endroit de la tumeur et si des métastases sont présentes on apercevra des tâches plus petites ailleurs dans l’organisme.




Sur cet exemple on cherche à connaître l’étendue d’une tumeur thyroïdienne. A gauche un animal normal après injection du produit radioactif. On distingue grossièrement la silhouette de l’animal avec la tête en haut et les pattes de chaque côté. L’image s’arrête en arrière du thorax de l’animal. Au niveau du cou on voit 2 petits points verts qui correspondent à l’activité normale des glandes thyroïdes. A droite, un animal atteint d’un carcinome thyroïdien. On voit une grosse tache rouge au niveau du cou correspondant à une activité  de la thyroïde accrue dans cette zone. Par ailleurs, on voit de nombreuses tâches au niveau du thorax qui sont des métastases pulmonaires.


Les principales indications en médecine vétérinaire sont l’exploration de la thyroïde, la recherche de métastases osseuses, la mise en évidence de shunt portosytémique ou la recherche d’une cause de boiterie occulte.
Les seuls centres vétérinaires possédant la scintigraphie sont les écoles vétérinaires de Maison-Alfort, Nantes et Lyon.
La dose radioactive reçu par l’organisme est très faible. En effet, cette dose se mesure en Severts (Sv). Pour l’exemple, un homme soumis à une scintigraphie osseuse reçoit en moyenne 4mSV alors qu’il en reçoit 10mSv lors d’un simple scanner de l’abdomen. Toutefois, après une scintigraphie, l’animal est gardé au moins 48 heures avant de pouvoir rentrer à la maison, le temps que ces urines et ses selles ne présente plus de radioactivité.
Les possibilités de la scintigraphie sont multiples mais cela reste un examen complémentaire qui doit être adapté à l’animal et à la pathologie et c’est votre vétérinaire qui pourra décider au mieux si cet examen est approprié pour votre animal.




Information Auteur
Fiche créée le 2012-04-03 par Docteur Sébastien Etchepareborde
Voir la fiche auteur