Abiotrophie cérébelleuse

Abiotrophie cérébelleuse

24 janvier 2018
Santé et soin / Troubles Neurologiques / Abiotrophie cérébelleuse


Abiotrophie cérébelleuse

L'abiotrophie est une maladie neurologique génétique, elle se traduit par un manque d'équilibre, par des tremblements.




Le setter Gordon est une race prédisposée à l'abiotrophie cérébelleuse

Qu'est ce que l'abiotrophie cérébelleuse chez le chien?

Également dénommée abiotrophie corticale cérébelleuse, c’est une maladie neurologique génétique chez les animaux. Elle est causée par la mort progressive (apoptose) des neurones du cervelet. Ces cellules ont un rôle très important qui permet l'équilibre et la coordination. Ainsi, l'animal perd sa perception de l'espace. La cause exacte de l’abiotrophie cérébelleuse n'est pas connue, mais elle est vraisemblablement due à un défaut métabolique intrinsèque et est génétique. La maladie ne peut être évitée que par la reproduction sélective pour éliminer le gène responsable.


Comment la traiter chez le chien?

Aucun traitement n’est connu. Mais un dépistage génétique permet de détecter les animaux porteurs du gène.


Quels chiens sont plus souvent touchés par l'abiotrophie cerebelleuse?


Cette maladie est reportée chez l'Australian Kelpie, le Setter Gordon, le Border Collie, le Labrador retriever, l'Airedale, le Pointer Anglais, le Terrier écossais, le Terrier Kerry Blue, le Schnauzer Nain, et d’autres races de chiens. Chez les chiens, la CA est aussi le plus souvent un gène récessif autosomique, toutefois chez quelques races, comme le Pointer Anglais, le gène est lié au sexe.

Quels sont les symptômes de l'abiotrophie cérébelleuse?

Les symptômes de l’abiotrophie cérébelleuse comprennent une ataxie ou un manque d'équilibre, un tremblement de la tête (tremblement intentionnel) et parfois du corps, une hyper-réactivité, l'absence de réflexe de menace (clignement des paupières lors d’une stimulation) et une allure raide. Globalement, le chien ne sait pas où sont ses membres dans l’espace. Les symptômes sont assez spécifiques. Chez certaines races de chiens, les symptômes tendent à s’aggraver progressivement. Chez quelques races comme le Beagle, le Colley à poil long et le Caniche, les neurones affectés commencent à mourir dès la naissance. La plupart des races sujettes à la maladie comme le Terrier Kerry Blue, le Border Collie, l'Australian Kelpie et le Labrador Retriever, commencent à montrer des symptômes entre 6 et 16 semaines. Chez quelques races, comme l'American Staffordshire Terrier, le Bobtail, l'épagneul breton, et le Setter Gordon, les symptômes n'apparaissent pas avant l'âge adulte.


La plupart des animaux atteints ont un état de vigilance normal et pourrait vivre aussi longtemps que les chiens normaux. Mais ils sont sujets aux accidents.


Races prédisposées à cette maladie


article par Dr Vet
Article rédigé, corrigé et relu par un collectif de vétérinaires

consulter ses articles